08/11/2009

INTERPRETATION DE 8 DE MES TEXTES

decoration

 

P&P : "On m'attache"

 

J’ai pas le style
Du macho hostile
Pas pour moi le rôle de celui qui ordonne
J’ai pas le profil
Du gars misogyne
J’ai un penchant net pour les uniformes
Je ne suis pas contre l’amour,
Je s’rais même plutôt pour
Mais pour prendre mon pied il faut

Qu’on m’attache et qu’on m’emprisonne
Des coups d’cravache, de fouet qu’on m’donne
Il faut qu’on m’attache et qu’on m’emprisonne,
Des punitions, j’suis maso en somme…

J’ai plusieurs piercings
J’aime le vinyl
Parfois il m’arrive de me travestir
J’aime les corrections
Les humiliations - oh que c'est bon !
Dire des mots grossiers ne fait que m’exciter
Pourtant pas contre l’amour
Avec les filles plutôt pour
Mais pour prendre mon pied il faut

Qu’on m’attache et qu’on m’emprisonne
Des coups d’cravache, de fouet qu’on m’donne
Il faut qu’on m’attache et qu’on m’emprisonne,
Des punitions, j’suis maso en somme…

Moi, la routine,
Le quotidien, ça me tue, ça m’ennuie, j’aime avoir mal
Pour moi c’est vital
Moi la torture
Je l’endure
Il faut que je me dépasse
J’adore quand on me casse
Mais t’es qui ?
T’es pas normal !

Qu’on m’attache et qu’on m’emprisonne
Des coups d’cravache, de fouet qu’on m’donne
Il faut qu’on m’attache et qu’on m’emprisonne,
Des punitions, j’suis maso en somme…
Il faut…

(choeur)
Jeune soumis sérieux
Cherche sa domina...
J'ai tout ce qu'il faut chez moi...

partition

Myles : "Chier sur la colline"

 

Wo-oh, wo-oh, wo-oh, wo-oh !

C'était un vendredi 13 et j'aurais dû rester au lit
J'suis d'abord tombée d'la chaise quand j'ai descendu les valises
Coincé les doigts dans la f'nêtre et puis enfin on est partis
Mais après cent kilomètres, j'eus envie de faire pipi
Il m'a dit :

Il m'a dit d'aller pisser là-haut sur la colline
De me cacher tout derrière ce buisson d'églantines
Il devrait potasser ses notions de botanique
C'était d'l'aubépine et les épines, Dieu que ça pique !

Aïe, aïe, aïe, aïe ...

Quand je me suis relevée, mon slip est resté accroché
J'ai voulu me dégager mais ma culotte s'est déchirée
J'ai trébuché sur une pierre et la colline j'ai dévalé
M'écorchant tout le derrière; à mon mari j'ai donc crié

J'ai crié :

Tu m'as dit d'aller pisser là-haut sur la colline
De me cacher tout derrière ce buisson d'églantines
Tu devrais potasser tes notions de botanique
C'était d'l'aubépine et les épines, Dieu que ça pique !

Aïe, aïe, aïe, aïe...

Wooh ! Bobo ! Wooh ! Bobo ! (bis)...

partition

MelonMan : "Il tape CUL sur Google"

 

Il tape "cul" sur Google et c'est numéro 1
Sur le Web on a tout lorsque l'on cherche bien
Sur levoyeur.com il a des copains
Il écoute la musique et matte les gros seins...

Il vit sa vie dans son studio
TV, PC, pas de ménage,
Un grand cadre avec des photos
De ses beaux tatouages
Il vit sa vie comme il a envie
La madame est partie
Tu l'verras toujours bien dans sa peau
Et vive le porno !

Il tape "cul" sur Google et c'est numéro 1
Sur le Web on a tout lorsque l'on cherche bien
Sur levoyeur.com il a des copains
Il écoute la musique et matte les gros seins...

Il tape "cul" sur Google et bonjour les mannequins
Tahiti, Touamotou, Equateur, Méridien,
Y a des filles de partout qui lui veulent du bien
Il a la gloire, sort son bout et ça va, ça vient...

Il connaît le nom des modos,
Le pseudo des sirènes,
Il drague les filles en stéréo,
Ecrit des p'tits poèmes
Il télécharge les vidéos,
Collectionne les photos...
Aucun malaise dans sa combine
Puisqu'il n'a plus d'copine...

Il tape "cul" sur Google et c'est numéro 1
Sur le Web on a tout lorsque l'on cherche bien
Sur levoyeur.com il a des copains
Il écoute la musique et matte les gros seins...

 

partition

Soeur Sérieuse : "Le blues de la supermarketwoman"

 

Toujours un grand sourire aux lèvres
Jamais une parole de travers
C’est le B.A.-BA de la caissière
Bonjour madame, z’avez la carte ?
Tapez votre code bancaire
Au revoir, merci et bon samedi !

Je suis la caissière du Carrefour
Où je scanne à longueur de jour
Viande, légumes et petits fours

Je passe de longues heures derrière
Mon tiroir-caisse et mon scanner
Où je compte vos p’tites affaires

Au moins es-tu heureuse ?
Je suis heureuse et j’en ai l’air
Ca ne me tape pas sur les nerfs
C’est pas plus mal que secrétaire
En rang d’oignons, les gens défilent
Sur le tapis les vivres s’empilent,
Moi je suis là, calme, tranquille

Car moi j’ai un secret
C’est ce secret qui me permet
De résister…

Après l’boulot, je suis artiste
Et chez moi, je peins des tableaux
Ca me fait oublier les bip-bip
Et ça me vide le cerveau

Après l’boulot, je suis auteur
J’écris pour dire qui je suis
Et je compose mes poésies
Pour réinventer ma vie
Pour réinventer ma vie

A ma caisse je ne vois plus rien
Ni les mendiants, ni les râleurs,
Je suis sur l’île que je peins
Dans un monde tout en couleurs
Dans un monde tout en couleurs

A ma caisse je n’entends plus rien
Les gosses peuvent crier, je suis loin
Les rimes dansent, chantent les mots
Dans un monde tout en douceur
Dans un monde tout en douceur

Je m’évade et je pars très loin
Hors de ce brouhaha humain…

 

partition

Soeur Sérieuse : "Ce soir je sors la poubelle"

 

Ce soir, je sors les poubelles
Avant de monter me coucher
Coucher er
Avant j’ai fait la vaisselle
Balayé, frotté et rangé
Rangé é

Ce soir comme d’habitude
Il n’a pas bougé é é é
Bougé é
Toujours la même attitude
Cul vissé devant la télé
Télé é

J’avais fondé l’espoir lorsque l’on s’est rencontrés
D’avoir enfin trouvé l’homme qui
En cuisine m’aiderait, des enfants s’occuperait,
Il n’a jamais bronché é é.

Ce soir quand il s’fera tendre
Lorsque nous irons nous coucher
Coucher er
Il pourra toujours attendre
Il pourra toujours attendre
Je serai beaucoup trop fatiguée !

(Musique)Les poubelles avant de me coucher…
(Musique)Les poubelles avant de me coucher…

Ce soir j’ai décidé que ça n’pouvait continuer
Cela avait déjà trop duré
Alors j’ai tout trié,
Préparé tous les papiers
Oui on va divorcer er er !
Ce soir je te laisse tomber er
Pour redémarrer er er er
Marrer er
Pour connaître une vie nouvelle
Mais j’ vais sortir les poubelles
Les poubelles avant de te quitter !

Les poubelles avant de te quitter !

Les poubelles avant de te quitter !

 

partition

Soeur Sérieuse : "Dès que ta mère partira"

 

C’est pas l’homme qui fait la mère,
C’est la mère qui fait l’homme
Ma belle-mère, elle m’a dit
Je m’souviens un mercredi :

Ma fille, j’t’ai apporté
Un bon fer à repasser
Le tien doit être cassé
Quand j’vois mon fils habillé !
J’ai cousu des rideaux
Les tiens sont d’époque
Donne-moi ces oripeaux
Et j’en ferai des loques !

Dès que ta mère partira,
Je respirera
Dès que ta mère reviendra,
Je me cassera !

C’est pas l’homme qui fait la mère,
C’est la mère qui fait l’homme
Ma belle-mère, elle m’a dit
Je m’souviens un mardi :

Ton divan est dégueulasse,
Rempli de poils de chien
Il faut nettoyer la crasse
Qu’y a dans la salle de bains !
Mon fils fait des allergies
Tu le sais, sûrement
Tu devrais changer le lit,
Aspirer plus souvent !

Dès que ta mère partira,
Je respirera
Dès que ta mère reviendra,
Je me cassera !

C’est pas l’homme qui fait la mère,
C’est la mère qui fait l’homme
Ma belle-mère, elle m’a dit
Au téléphone un lundi :

J’ai eu du mal à digérer
Ton repas d’hier midi
Prochaine fois je viendrai
Avec un bon rôti.
Je prépare des surgelés
Pour toi et mon chéri
Des p’tits plats que je faisais
Quand il était ici.

Dès que ta mère partira,
Je respirera
Dès que ta mère reviendra,
Je me cassera !

C’est pas l’homme qui fait la mère,
C’est la mère qui fait l’homme
Ma belle-mère, elle m’a dit
Un jour qu’on était partis :

J’ai ramassé les crottes de chien
Et tondu la pelouse
Faut entretenir le jardin
Ca ressemble à la brousse !
J’ai lavé toute la vaisselle
Qui traînait dans l’évier
Et j’ai trié les poubelles
Ca me piquait au nez !

Dès que ta mère partira,
Je respirera
Dès que ta mère reviendra,
Je me cassera !

C’est pas l’homme qui fait la mère,
C’est la mère qui fait l’homme
Ma belle-mère, elle m’a dit
Je m’souviens un vendredi :

Quand vous aurez un enfant
Que je serai grand-maman
Venez m’voir plus souvent
Que vous n’le faites maintenant !
J’pourrai même le garder
Pendant que vous travaillerez
Et je lui apprendrai
Ce que c’est que ranger !

Dès que ta mère partira,
Je respirera
Dès que ta mère reviendra,
Je me cassera !

C’est pas l’homme qui fait la mère,
C’est la mère qui fait l’homme
A mon homme j’ai dit,
Je m’souviens un jeudi :

Je n' supporte plus ta mère
Je t’aime mais tu choisis :
Ou elle nous fait de l’air
Ou bye bye mon chéri !
A chacun son ménage,
Ses enfants, sa maison,
Il m’semble que je n'ai plus l’âge
De recevoir des leçons !

Dès que ta mère reviendra
Nous nous en allerons
Dès que ta mère mourira,
Nous respirerons !

partition

Soeur Sérieuse : "J'ai demandé à mon Jules"

 

J’ai demandé à mon Jules
Si c’était bien dans ce trou-là
Il me dit j’ai pas l’habitude
De faire entrer des trucs comme ça
Et comme vraiment je n’avais pas d’allure
Que je ne réussissais pas
En constatant mon infortune
Mon ami s’est moqué de moi

J’ai demandé à mon Jules
S’il pouvait y mettre les doigts
Il me dit : « Es-tu vraiment sûre
Qu’il faille introduire ça comme ça ? »
"Oui, je te jure, j’en ai la certitude,
Ainsi ça ne bougera pas !
Appuyons-nous contre le mur
Mes ch’villes ici, ton goujon là !"

« Je n’ai pas grand chose à te dire
Ta maladresse me fait sourire
Et je redoute toujours le pire
Quand je t'entends ainsi gémir»

Mmmmmm...
Mmmmmm...
J’ai demandé à mon Jules
S’il pouvait se placer sous moi
Je n’pensais pas qu’c’était si dur
C’était pas mis dans l’ mode d’emploi !
Passe-moi l’maillet, les vis et les ferrures
Est-ce que c’est bien droit comme ça ?
C’est vraiment toute une aventure
De monter des meubles Ikea ! Ah – ah –ah !..

partition

Puis moi... lol :

"La robe et les règles"


 

 

 

 


 

Elle avait sa robe légère
Moi j’avais une chambre au premier
Je l’ai fait monter la première
Moi après…

J’admirais ses belles courbes arrière
Ses jambes parfaitement épilées
Et son joli petit derrière
Bien galbé

J’avais le sexe déjà tendu
Car sous sa robe transparente
On devinait le peu de tissu
Trop bandante !

Il n' s'agissait pas d' monter bien haut
Dommage le paysage était si beau
Arrivés j’ôtais le manteau...
Elégance

Impossible de rester de marbre
Sa peau est douce et parfumée
Sur ses épaules ma main s’attarde,
A glissé

Sur sa poitrine est descendue
Je n’aurais pu encore attendre
Je caressais ses petits seins nus
Baisers tendres

Pourtant je la sentais tendue
Elle semblait freiner mes avances
Je la croyais moins ingénue
Pas de chance !

Mon pantalon Dieu qu’il me serre
Une gâterie j’aurais aimé
Qu’attend-elle donc pour le défaire ?
Etonné…

Puis sous sa robe ma main passe
Remonte et se dirige direct vers l’essentiel...
Je sens qu’en elle monte la fièvre
Entre ses cuisses glissent mes lèvres, elle perle

Tout s’est envolé dans l’espace,
Le string, la robe et les chaussures de la belle,
Mmmh…Mais que vois-je ? Une chose dépasse
Qu'est-ce ?... Mais on dirait une ficelle !

Tou-tou-tou…

J’ai trouvé d’autres choses à faire
Et d’autres jeux sur l’oreiller
Mais malgré que je savais y faire,
Regrets

Tou-tou-tou-tou…

Et voilà que j’ enfile un condom
Je tire sur le bout de ficelle,
Les règles, moi je m’en tamponne,
7ème ciel !

partition

16:14 Écrit par Mimie | Commentaires (3) |  Facebook | |