16/03/2013

MIMI

Parodie de "Lily", Pierre PERRET.

Pierre_Perret.jpg

Rédigée spécialement pour l'émission "Spéciale Zanimos" du Parodyland, en l'honneur de l'invitée de parolix, Nathoz, une amoureuse des chats elle aussi.

 

On la trouvait encore jolie, Mimi,

Elle avait des poils déjà gris, Mimi,

Sur un menton un peu plissé,

Ca trahissait toutes ces années

Qui faisaient qu’elle avait pâli.

 

Elle fut maman un peu trop tôt, Mimi,

D’une triple paire de marmots, Mimi,

Massés sous sa poitrine blanche,

Petiots tout noirs entre ses hanches,

Ca f’sait penser à un piano.

 

Elle aimait trop la liberté, Mimi,

D’être enfermée, elle refusait, Mimi

Malgré ses petits sacripants,

Elle s’échappait discrètement

On n’la revoyait qu’après longtemps...

 

Elle a bien pleuré ses marmots, Mimi

Etre à huit, c’était beaucoup trop, Mimi

Et puis soudain, une chaleur,

Ressortait faire le joli cœur

Aux mâles, peu importe leur couleur

Et quand elle jouait dans la neige, Mimi,

Il fallait voir son petit manège, Mimi,

Redevenait petit enfant

Puis elle rentrait, claquant des dents

S’réchauffer dans l’appartement.

Elle aima un bon gros tigré, Mimi,

Un qui venait la retrouver, Mimi,

Mais la belle attrapa des poux

Des puces, des tiques dessus, dessous

Je n’ voulais plus de lui chez nous.

 

Elle avait l’instinct lunatique, Mimi,

Ca la rendait très romantique, Mimi,

Elle partait seule dans la nuit noire,

A la pleine lune hurlait d’espoir

Que son amant viendrait la voir.

Mais quand elle oubliait son vice, Mimi,

Elle revenait, sentant la pisse, Mimi.

Avec des traces de morsures,

Des poils manquants et des griffures

Se blottir sur ma couverture.

Puis elle se serrait sur mon cœur, Mimi

Me f’sait oublier toutes mes peurs, Mimi

Nous deux, moi et ma petite puce

Deux vieilles plus cotées à l’argus

Vivions des  moments de bonheur.

 

Et dans mon combat quotidien, Mimi

Qui me donnera tous ces câlins, Mimi ?

Qui me tournera tout autour ?

Tu me manques fort mon chat d’amour

Ta gamelle ne sert plus à rien...

On la trouvait encore jolie, Mimi,

Elle avait des poils déjà gris, Mimi,

Sur un menton un peu plissé,

Ca trahissait toutes ces années

Qui faisaient qu’elle avait pâli.

17:39 Écrit par Mimie dans Divers | Commentaires (0) |  Facebook | |