Renan LUCE

COLETTE... ou fantasmes d'homme

 

 

Animation10


podcast

J’ai une nouvelle collègue
Depuis un mois peut-être
L’autre est morte, quelle horreur,
Coincée sous un tracteur.
Elle a un doux parfum,
Rouge à lèvres carmin,
Elle sent bon Colette,
Une odeur de violettes

Et moi qui n’suis qu’un homme,
De suite tu m’as envoûté
(T’es) pas une petite nonne,
Colette fais de moi c’qui te plaît !
C' qui te plaît !

J’effeuille la marguerite
Un peu, passionnément
Tes courbes magnifiques
Me rendent inopérant
Quelques fautes d’orthographe
Se glissent quand j’écris
Je mélange mes paperasses
Tu es bien trop sexy !

Et moi qui n’suis qu’un homme,
De suite tu m’as envoûté
(T’es) pas une petite nonne,
Colette fais de moi c’qui te plaît !
C' qui te plaît !

Quand Colette se penche,
C’est comme d’une falaise
On a une vue plongeante
Sûr, c’est pas des prothèses !
Quand Colette s’abaisse
On voit le haut d’ses bas
Colette, il faut qu’jte baise
Ou je ne tiendrai pas !

Oui moi je n’suis qu’un homme,
De suite tu m’as envoûté
(T’es) pas une petite nonne,
Colette fais de moi c’qui te plaît !
C' qui te plaît !

Chaque jour, fidèle au poste,
A 8 heures, elle arrive
Je suis à l’avant-poste
Aujourd’hui je la filme !
Elle s’assied sur le siège
Allume l’ordinateur
Allume aussi mon cierge
Et fait battre mon cœur !

Oui je ne suis qu’un homme,
De suite tu m’as envoûté
(T’es) une petite cochonne,
Colette je sais que je te plais !
Je te plais !

J’l’ai croisée un dimanche
Elle marchait dans la rue
Faisant rouler ses hanches
Elle m’a pas reconnu !
Moi qui espérais tant
Conclure et être amants,
Elle me dit simplement :
Des hommes, y en a tellement !

Et moi qui n’suis qu’un homme
J’ai demandé à être muté
(T’es) pas une petite nonne
Mais Colette tu m’as humilié !
Humilié ! (bis)

 

 

CAGIBI
podcast

Y a pas un bruit dans notre appart

Dans la banlieue nord de Lyon

Je l'épie au travers des lattes

Il va rentrer à la maison...

 

Ca fait des heures que je me cache

Dès que je pense qu'il est pas loin

Mal aux entrailles, peur qu'il se fâche,

Des corrections, des coups de poings...

 

J'me tapis

Cagibi...

 

J'ai l'estomac comme une pierre

J'ai rien mangé et je suis las

Et lui il finit quelques bières

Dans un PMU pas très classe

 

Tous les soirs, il s'enfile des verres

Et il picole, il est aigri

Il raconte la mort de ma mère

Partie quand moi je suis sorti...

 

J'suis puni

Cagibi...

 

Toujours i' m'dit : « tu me fais honte

T'es qu'une erreur, un bon à rien »

Et comme je m' tais rongeant mes ongles,

Me donne coups d'pieds et coups de poings.

 

Mois après mois au fond d'ma planque

Je sais qu'ma vie sera la même

Sans ma maman, à qui je manque ?

Je n'ai plus ni envie ni haine.

 

J'ai bien fait quelques connaissances

Dans mon école, mon voisinage

Mais qui s'inquiètera donc de l'absence

D'un petit enfant bien trop sage ?

 

Pas sorti

Cagibi...

 

Toujours i' m'dit : « tu me fais honte

T'es qu'une erreur, un bon à rien »

Et comme je m'tais rongeant mes ongles,

Me donne coups d'pieds et coups de poings.

 

Si j'avais eu au moins une soeur,

Elle lui dirait :"C'est pas d'sa faute"

S'il rencontrait mon professeur

Il lui montrerait mes belles notes

 

Mais aujourd'hui je crois que Dieu

Il a oublié que j'étais là

C'est étrange comme je me sens mieux

Je n'ai plus peur, ne suis plus là...

 

Endormi

Cagibi...

 

Dans ma cachette, quelqu'un me trouve

J'aperçois l'ombre d'un docteur

Sur ma poitrine coule le sang rouge

Les escaliers puis l'ascenseur...

 

Je suis allongé sur un lit

Sur mon coeur une fleur, c'est pour moi

Je vais avoir une famille

Je vais oublier mon papa...

 

Cagibi

C'est fini...

Cagibi

C'est fini...


  

Écrit par Mimie Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.